Jump to content

Folding@Home permet enfin de prioriser les recherches sur le coronavirus


Ldfa
 Share

Recommended Posts

Vous aurez désormais l’opportunité de favoriser les recherches sur COVID-19 en plus de celles sur Alzheimer, la maladie de Huntington, Parkinson et ou le cancer.

Début mars, on vous a invités à mettre votre PC à contribution pour combattre le coronavirus via le logiciel [email protected]. Comme le faisait judicieusement remarquer certains d’entre vous, il n’était pas possible de choisir spécifiquement d’allouer les ressources matérielles de sa machine pour la recherche contre le coronavirus. C’est désormais possible grâce à la dernière version du logiciel.

Image 1 : Folding@Home permet enfin de prioriser les recherches sur le coronavirus

Désormais, vous pouvez choisir d’aider la recherche sur le COVID-19 en particulier. Jusqu’à présent, vous aviez le choix entre cinq options : Alzheimer, Cancer, Huntington et Parkinson ou « toutes maladies ». Si [email protected] assurait que cette dernière case orientait la grosse majorité des ressources vers le COVID-19, les choses sont désormais clarifiées.

Microsoft Azure voit son trafic augmenter de 775 % grâce au coronavirus

L’équipe Tom’s Hardware progresse

En tout cas, cela n’avait jusqu’à présent pas rebuté beaucoup de personnes à mobiliser leur machine. Il y a quelques jours, on a ainsi appris que [email protected] fournissait une puissance de calcul de plus de 2,4 ExaFLOPS. Une valeur supérieure à celle délivrée par les 500 premiers supercalculateurs au monde. Pour ceux qui n’auraient pas encore rejoint le combat, n’hésitez pas à ajouter le numéro d’équipe 40051 lors du lancement du programme afin de porter les couleurs de l’équipe Tom’s Hardware. Grâce à vous, celle-ci a même grapillé quelques places en une semaine, puisqu’elle figure maintenant à la quatorzième position du classement mensuel !

Image 3 : Folding@Home permet enfin de prioriser les recherches sur le coronavirus

Pour rappel, le projet [email protected] est né le 1er octobre 2000 dans le département de chimie de l’Université Stanford, au coeur de la Silicon Valley. L’objectif a d’emblée été de partager librement le résultat des calculs avec l’ensemble de la communauté scientifique, sans le moindre but lucratif. Près de vingt ans plus tard, le groupe de travail reste toujours aussi actif, comme le démontre cette récente mise à jour autour de la pandémie actuelle.

Afficher l’article complet

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.